Maman solo accouche

Evidemment, ce n’est pas comme ça que j’avais imaginé les choses… Ce deuxième accouchement aurait dû se passer comme le premier, j’aurais dû être épaulée par mon mari et Tiloup serait venu au monde entouré de ses deux parents. Oui mais voilà, parfois la vie et les évènements en décident autrement. Sachant que j’étais maman solo, j’ai donc préparé plus particulièrement cet accouchement. Voici quelques conseils si vous vous retrouvez dans cette situation.

Organiser en amont la garde de l’aîné(e)

Sollicitez quelqu’un de confiance, qui puisse être disponible de jour comme de nuit. Expliquez bien à votre enfant, plusieurs semaines avant le jour prévu, que vous allez partir rapidement, peut-être en pleine nuit, mais qu’il n’a pas besoin de s’inquiéter, car tout est prévu et son tonton, sa tata, sa nounou, etc… viendra prendre soin de lui au moment où vous partirez.

Se faire accompagner

J’ai eu la chance d’être accompagnée par ma maman à la maternité et pendant l’accouchement. Dans ce moment si fort, j’ai vraiment apprécié ne pas être seule, et partager les instants de douleur, d’angoisse mais aussi de joie intense et unique. J’aurais eu la force de le faire seule, bien sûr, mais ça n’aurait pas été pareil.

En arrivant, bien expliquer la situation à l’équipe soignante

J’avais eu une très bonne expérience dans cette clinique lors de mon premier accouchement, et je voulais vraiment accoucher à nouveau ici, dans un endroit connu. A mon arrivée, entre deux contractions, j’ai expliqué aux sages-femmes que j’étais séparée du papa du bébé, et quels étaient mes souhaits vis-à-vis de lui. L’équipe soignante a vraiment respecté mon choix et suivi mes instructions. La situation familiale a été indiquée sur mon dossier, et une attention particulière a été portée à mon bien-être. Une vraie chance pour moi.

Décider de la place du papa le jour J

Ce moment est unique, il faut que vous soyez à l’aise et concentrée sur l’instant, vos pensées ne doivent pas être parasitées. De mon côté, j’avais choisi de le faire prévenir par ma maman. Il a ensuite patienté dans la salle d’attente. Ainsi, je ne l’ai pas privé de ce moment, il était présent en cas de problème avec le bébé, mais moi, je me suis préservée.

Limiter les visites et savoir se préserver

Ça y est, votre bébé est là, Félicitations ! Une fois dans votre chambre, vous avez le droit de décider quand vous voulez recevoir des visites. J’ai très mal vécu la présence permanente de mon ex-mari dans la journée, à tel point que j’ai eu un gros baby blues au bout de 2 jours. Je ne supportais plus cette proximité permanente alors que nous étions séparés depuis plusieurs mois. Certes, je voulais qu’il fasse connaissance avec son fils, mais je ne me suis pas assez écoutée. L’équipe soignante a été super et m’a fait sortir en avance, après avoir fait faire à Tiloup tous les examens nécessaires. En rentrant chez moi, je me suis sentie revivre. Enfin, j’étais de retour à la maison !

Se faire plaisir!

Quelques jours avant l’accouchement, glissez dans votre valise de maternité quelques friandises, tablettes de chocolat, fruits secs, etc. Un vrai réconfort dans les coups durs ! Et n’oubliez pas de vous faire un cadeau, que vous déballerez dans votre chambre à la clinique… un petit moment rien que pour vous, vous le méritez car maintenant, c’est bébé le centre de l’attention !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *