Une nuit aux urgences pédiatriques

S’il y a une chose que l’on déteste quand on est parents, c’est devoir aller aux urgences pédiatriques. D’abord, parce que ça signifie que notre enfant souffre et nous inquiète suffisamment pour nous rendre là-bas. Ensuite, parce que c’est immanquablement associé aux mots suivants : attente interminable, fauteuils inconfortables et microbes en balade. Heureusement pour nous, en tout cas à Rennes, c’est aussi associé aux mots personnel qualifié et accueil avec le sourire, ce qui, il faut bien le dire, est à la fois réconfortant et rassurant.

En route pour les urgences

Nous sommes allés deux fois aux urgences pour Pucette, une première fois lorsqu’elle avait 8 mois, pour une infection, et une seconde fois il y a quelques semaines lorsqu’elle s’est cassé le bras en jouant tranquillement à la maison.

Mes bonnes astuces

Aussi, si vous êtes parent solo et êtes confrontés à cette situation, voici quelques conseils de maman survivor :

  • Si vous êtes en bons termes avec votre ex-conjoint, appelez-le/la : il n’y a pas de raison de vivre cela seul(e). Et votre enfant appréciera de voir que ses deux parents sont à ses côtés dans cette épreuve.
  • Si vous avez la chance, comme moi, d’avoir de la famille à proximité, faites garder votre Tiloup par quelqu’un, pour éviter de le traîner lui aussi au paradis des microbes.
  • Prévoyez à manger et à boire, car les urgences, on sait quand on y arrive, mais on ne sait pas quand on en ressort. Et pour nous, à chaque fois, c’était la nuit ! Donc ne partez pas sans eau, nourriture, quelques sucreries pour faire tenir Pucette qui a mal et qui est fatiguée. Et si vous êtes avec un bébé, surtout n’oubliez pas son biberon.
  • Si vous le pouvez, attrapez en partant quelques jouets et livres pour votre enfant, car la perspective de le voir prendre à pleines mains voire dans sa bouche les jouets traînant aux urgences n’est pas vraiment réjouissant. Et surtout, n’oubliez pas doudou, un précieux compagnon dans les moments les plus difficiles.
  • Enfin, lorsque vous serez rentré(es) chez vous, il est important d’en parler avec votre enfant. C’est un moment de douleur, d’angoisse, qui comme tout moment difficile doit être débriefé et expliqué. Pucette était très demandeuse de comprendre. Nous avons beaucoup joué aux Playmobil hôpital et pendant plusieurs semaines son livre de chevet a été « L’hôpital », de la collection « Mes p’tits docs » – super collection parfaitement adaptée aux tout-petits.

Bon courage si vous devez vivre cela !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *