Enceinte (et solo !) avec un premier enfant

On le sait, une deuxième grossesse est forcément plus fatigante que la première… parce qu’on est un peu plus âgée (évidemment !) et surtout, parce qu’il faut s’occuper de numéro 1, même lorsqu’on rêve d’un bain et d’un bon bouquin ! Et quand on est maman solo, forcément, c’est encore plus compliqué.

Je me suis séparée du père de mes enfants alors que j’étais enceinte de 6 semaines. J’ai donc vécu toute ma grossesse seule. Et si j’en garde de bons souvenirs, il y a aussi eu des moments difficiles.

Gérer les priorités

C’est pourquoi, très vite, j’ai fait le choix de gérer les priorités pour être plus sereine et prendre soin de moi, car je ne voulais pas transmettre de stress à mon bébé. J’ai donc remisé le divorce et les papiers au second plan pendant les 3 derniers mois de ma grossesse. De plus, j’ai choisi la place que je souhaitais donner au papa. Je l’ai tenu au courant de chaque résultat d’analyse, je lui ai donné les compte-rendu d’échographies…par contre, je ne voulais pas qu’il soit présent lors des échographies, car c’était trop douloureux et trop intime pour moi.

Prendre soin de soi

Enceinte de Tiloup, j’ai découvert le yoga et l’acupuncture. J’ai appris à respirer pour mieux gérer les tensions et le stress. J’ai pris des bains le soir une fois Pucette endormie. Je me suis organisé des mini séances de relaxation juste avant de me coucher… Bref, à chacune de trouver ses petites astuces, ses petits moments rien qu’à soi, ne serait-ce que pendant 5 minutes.

Savoir s’entourer

Quand on est maman solo, c’est indispensable ! Ma famille a été un soutien très fort pendant cette grossesse. Elle a su prendre le relais pour s’occuper de Pucette ou faire un peu de ménage quand je me sentais trop fatiguée. Ma maman a pu être présente aux échographies, et même le jour de l’accouchement… une aide tellement précieuse.

Se faciliter le quotidien

Etre enceinte et solo, je trouve que ça donne quelques droits… Celui de se faire livrer les courses par exemple, plutôt que d’aller les chercher au drive et se retrouver à monter les packs d’eau… Celui de ne plus faire le repassage… de mettre un DVD à Pucette le temps de se reposer un peu… En résumé, on fait une entorse à ses principes, parce qu’on le vaut bien !

Savoir s’écouter

En tous les cas, ce que je retiens de cette grossesse, c’est qu’il faut savoir s’écouter et se fixer des limites. Le quotidien est très lourd à gérer, et quand il y a beaucoup de travail au bureau en plus, le risque est de ne pas tenir le choc physiquement. Je l’ai vécu à 5 mois ½ de grossesse, quand Tiloup est brusquement descendu, prêt à sortir. Il a alors fallu se rendre à l’évidence, fini le boulot, place au repos !

Au final, même si cette grossesse n’a pas été tous les jours facile, je pense que j’ai noué des liens très forts avec mon bébé. De plus, mon ainée a été très impliquée dans le quotidien, ce qui m’a permis de préparer au fur et à mesure l’arrivée de son petit frère. J’en reparlerai dans un prochain article. Et il faut bien le dire, cette merveille de petit bébé en valait la peine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *